Pensez Blockchain

La référence en chaîne de blocs au Québec

La preuve de travail

 
Screen Shot 2018-08-22 at 10.49.01 AM.png

Qu'est-ce que la preuve de travail ?

Ce protocole de communication repose sur un traitement cryptographique et requiert des mineurs qu’ils investissent du temps de calcul et consomment de l’énergie à résoudre un casse-tête mathématique extrêmement complexe en force brute (c.-à-d. je teste toutes les combinaisons possibles) [1]. Sur Bitcoin, l’opération est répétée plusieurs centaines de milliards de fois [2].

Souvent comparé à déchiffrer le code d’un cadenas ou à gagner à la loterie, ce processus nécessite un nombre considérable d’essais et d’erreurs, ce qui prouve ainsi qu'une grande quantité de travail a été effectuée avant l'extraction d'un bloc individuel. La difficulté du problème est ajustée en fonction du nombre de nœuds du réseau afin que le temps d’extraction soit en moyenne de 10 minutes par bloc [3]. Une fois résolu, plus de 50 % des mineurs du réseau doivent ajouter le bloc à leur copie locale de la chaîne de blocs.

[1]Xiaoqi Li et al. « A survey on the security of blockchain systems » (2017) Future Generation Computer Systems.

[2]Ibid.

[3]http://nouvelles.hydroquebec.com/media/filer_public/2018/05/22/rapport_kpmg_blockchain.pdf

Qui peut devenir mineur ?

Une expertise technique ou mathématique est-elle indispensable? Non, puisque c’est l’ordinateur qui exécute tout le travail. En théorie, tout individu peut miner en utilisant un matériel informatique spécialisé dans la résolution de problèmes algorithmiques.

En pratique, la réalité est toute autre. Les mineurs sont désormais de mieux en mieux organisés et possèdent de l’équipement plus puissant qu’un simple ordinateur. Regroupés en coopérative (mining pool), ils ont de plus fortes probabilités d’atteindre le résultat recherché. Sur le réseau Bitcoin, on estime le nombre de nœuds prêts à miner à une dizaine de milliers, mais le nombre total demeure inconnu [1]. Plus il y a de nœuds, plus la sécurité du réseau est renforcée et les attaques de type 51 % peuvent difficilement être menée.

[1]Ibid.

 
Screen Shot 2018-08-18 at 11.02.00 AM.png

Qu'est-ce qu'une attaque de type 51% ?

Une attaque de type 51 % ou une attaque majoritaire est un cas où un mineur ou un groupe de mineurs contrôle la majorité de la puissance de calcul du réseau. Les attaquants peuvent ainsi contrôler la plupart des actions sur le réseau : ils peuvent monopoliser et créer de nouveaux blocs et s’attribuer des récompenses en empêchant leurs concurrents de miner. Cette éventualité demeure spéculative, puisqu’elle requiert une énorme quantité de puissance de calcul et le réseau, une fois considéré comme compromis, entraîne la débâcle des utilisateurs. Le prix de la cryptomonnaie va inévitablement chuter. Par conséquent, les fonds perdent leur valeur.

Comment les mineurs sont-ils rémunérés ?

L’intérêt du minage réside dans la récompense qu’obtiendra le premier mineur à trouver la solution en décryptant la transaction, accentuant du même coup la mise en concurrence et l’implantation de fermes de minage. Le mineur est rémunéré en unités de la monnaie virtuelle. Par exemple, la chaîne de blocs publique Bitcoin octroie 12,5 BTC, soit 101 026, 39 CAD en date du 28 juin 2018 [1]. En plus de cette récompense, le mineur recevra les frais de transactions associés à chacun des blocs.

[1]Au temps de rédaction.


Synthèse des avantages et inconvénients de la preuve de travail

 
Screen Shot 2018-08-18 at 10.02.57 AM.png

 

 

 

 

 

 

2018/06/27 - Jade-Élie Savoie