Pensez Blockchain

blockchain

"Grocers: Get ready to join the blockchain party"

Pensez Blockchain

Walmart, one of the world’s largest retailers, has been piloting blockchain projects with IBM for the past 18 months. It is banking on this relationship to put pressure on the entire sector to give consumers what they want from the food industry: more transparency.

Cet article de Sylvain Charlebois publié dans le National Post illustre la possible utilisation de la chaîne de blocs dans le secteur alimentaire. Le but est d’améliorer la transparence envers le consommateur grâce à une plus grande traçabilité.

Carrefour ou encore Wallmart, de très grands distributeurs, ont déjà commencé à utiliser la blockchain afin de tracer leurs chaînes de production. L’idée est d’améliorer le rappel des aliments ou encore la lutte contre la fraude.

L’article est très intéressant puisqu’il pointe aussi l’idée qu’il ne s’agit pas d’augmenter la sécurité alimentaire.

Fraudulent products can compromise brands and the viability of a company in a heartbeat. We have seen many cases already around the world.

Economically motivated adulteration is a growth killer, something Walmart and Carrefour both know. To increase sales, companies must eliminate fraudulent food products from their shelves, and blockchain technologies can provide the perfect antidote.

De plus, cette transparence déclencherait plus de tensions avec les producteurs et distributeurs notamment dans la chaîne de production.

Source : SYLVAIN CHARLEBOIS, National Post

"Hacked, scammed and on your own: Navigating cryptocurrency ‘wild west’"

Pensez Blockchain

Les cryptomonnaies basées sur la chaîne de blocs ne sont pas totalement sûres puisque les moyens pour accéder à son portefeuille peuvent être piratés, sans réel recours possible.

When Peggy and Marco Lachmann-Anke learned in January that hackers cracked a 40-character password and cleaned out their cryptocurrency wallet, they did not go to the police or alert the tokens’ issuer, the Berlin-based technology group IOTA.

Cet article du Globe and Mail illustre bien les failles existantes en matière de cybersécurité ainsi que le manque de moyen face à cette nouvelle technologie décentralisée et sans organe de contrôle. Ainsi, de nombreux individus, même expérimentés se sont retrouvé floués.

“A decentralized currency system like bitcoin, or another form of virtual currency is not governed by any entity, suspicious reporting activity, and any anti-money laundering compliance,” Wyman told Reuters.

“The point is there’s no one to report the crime to,” Appleton said. “I am not sure what country or jurisdiction it would come under.”

Malgré tout, certains acceptent ces risques, étant donné qu’une certaine maturation du marché et des corrections sont nécessaires pour cette technologie encore très jeune.

Undeterred, Terpin says he remains committed to blockchain, comparing it to the early days of Amazon.com Inc when the online retailer faced much skepticism and even derision.

À lire en entier afin de bien de comprendre les enjeux des cryptomonnaies en matière de sécurité.

Source : GERTRUDE CHAVEZ-DREYFUSS, The Globe and Mail

"Blockchain has come to Bay Street, but will Bay Street get on board?"

Pensez Blockchain

Corporate Canada’s adoption of the technology that is expected to have a huge impact on the financial world has been mixed

Le monde de la finance s’intéresse progressivement à la chaîne de blocs. Que ce soit pour une utilisation interne, ou en tant qu’investisseur, l’entreprise américaine IBM tente de convaincre de l’impact important de la blockchain dans le futur de la banque.

La chaîne de blocs pourrait en effet avoir plusieurs effets bénéfiques.

“That’s really the power, that all these multi-party processes, like supply chains, can be radically improved and accelerated,” she said. “And the minute you accelerate the process, you make money, the economy moves faster.”

La technologie blockchain fait l’objet de nombreuses expérimentations dans le domaine bancaire. Un des exemples concrets est celui de la SecureKey qui a convaincu de nombreuses banques : Desjardins, Banque du Canada, Banque de Montréal…

La chaîne de blocs pourrait non seulement de permettre une plus grande efficience du système bancaire, mais aussi celle de l’expérience du consommateur.

Étant encore à un stade préliminaire, ces expérimentations doivent encore convaincre. Néanmoins, les résultats se feront vite sentir…

Source : GEOFF ZOCHODNE, National Post